Média citoyen

Au revoir, Altermondes

Après onze ans d’existence, le média citoyen de la solidarité internationale, Altermondes, s’arrête. Créé par des associa­tions du secteur pour donner la parole aux « oubliés de l’actualité », Altermondes proposait depuis 2014 une nouvelle formule et avait adopté le statut de société coopérative, associant salariés et bénéficiaires extérieurs. Alternatives Economiques salue toutes celles et ceux qui ont porté ce projet.

UKRAINE

Un procureur fort accommodant

Ce n’est pas gagné pour les réformes en Ukraine, notamment pour la lutte contre la corruption, sport préféré des oligarques. Le 12 mai, à la demande du chef de l’Etat, ­Petro Porochenko, le Parlement a approuvé la nomination de Yuri Lutsenko au poste de procureur général. Pour ce faire, il a fallu modifier la loi et baisser le niveau de qualification juridique exigé pour le poste, car le nouveau titulaire ne l’avait pas. En revanche, c’est un fidèle allié politique du chef de l’Etat. Lutsenko a annoncé que, pour ne pas ralentir le traitement des dossiers, il ne purgerait pas de ses services les proches de son prédécesseur, pourtant connus pour leur peu d’empressement à poursuivre les corrompus.

Etats-Unis

Le fisc s’attaque au Delaware

A partir de mai 2018, les banques situées aux Etats-Unis devront connaître le propriétaire réel des entreprises auxquelles elles offrent leurs services. C’est donc une remise en cause des pratiques de quatorze Etats –  en tête desquels on trouve le Delaware, le Nevada et le ­Wyoming – qui permettent actuellement de créer des sociétés écrans en toute opacité quant à leurs bénéficiaires réels. Une évolution bienvenue, mais qui conserve de nombreuses limites. Les compagnies d’assurances ne sont pas concernées et les actionnaires détenant moins du quart du capital n’auront pas à être identifiés. Si l’information n’est pas disponible, le nom d’un manager – qui risque d’être de paille  – pourra suffire. La règle ne s’appliquera qu’aux nouveaux comptes. Bref, les Etats-Unis ont encore du chemin à faire en matière de transparence.

Biodiversité

En Ile-de-France, les espèces ont subi une regression importante

Oiseaux, papillons et plantes régressent rapidement en Ile-de-France, qui vient de publier l’état de santé de la biodiversité dans la région. Les zones agricoles, en raison de l’usage des pesticides et de la destruction des habitats naturels, sont les premières concernées : la baisse du nombre d’espèces entre 2002 et 2014 atteint 30 % pour les oiseaux, 20 % pour les plantes et 18 % pour les papillons. En ville, le recul des oiseaux et des papillons est de 20 % dans les parcs et jardins, mais la diversité végétale a pratiquement doublé. Quant aux forêts, elles sont relativement bien préservées.