Réfugiés

Un manifeste des délinquants solidaires

Les poursuites contre des habitants de la vallée de la Roya (Alpes-­Maritimes) qui ont hébergé ou aidé des réfugiés à circuler ont à nouveau mis sur le devant de la scène le « délit de solidarité ». Alors que les interpellations et les procès se poursuivent, plus de 250 associations nationales (le Gisti, la ­Cimade, le Syndicat de la magistrature…) et locales ont lancé le 12 janvier un manifeste « La solidarité : plus que jamais un délit ? ».

Dans ce texte, les associations rappellent que depuis 2009, le délit d’aide à l’entrée, à la circulation et au séjour des étrangers en situation irrégulière, introduit au départ pour lutter contre les « passeurs » qui font commerce de l’aide aux étrangers en situation irrégulière, a de plus en plus été utilisé contre des citoyens engagés bénévolement. Cela dans le but de les intimider et de les dissuader. Malgré la réforme obtenue en 2012, le « délit de solidarité » n’a pas disparu. Les signataires dénoncent aussi la répression croissante et l’utilisation d’autres chefs d’accusation pour inculper les bénévoles (outrage à agent de la force publique, absence de ceinture de sécurité…).

Pour vous tenir informés des procès à venir et des actions militantes, rendez-vous sur le site du Gisti, l’association de juristes qui aide les étrangers. Des journées de mobilisation sont aussi prévues les 8, 9 et 10 février prochains à Lille, Paris et Nice.

En savoir plus : la page du Gisti sur les mobilisations contre le délit de solidarité. Le site de la Cimade. 

Programme

Le FN veut rendre l’école payante pour les étrangers

La candidate du Front national propose que l’école publique gratuite ne soit plus accessible aux enfants de sans-papiers. Un délai de carence pour les familles immigrées en situation régulière serait également mis en place : une période « d’un an, voire deux ans » pendant laquelle ces familles paieraient la scolarisation de leurs enfants. Pour justifier ces mesures, la patronne du FN a assuré le 11 décembre dernier sur RTL que, légalement, la scolarisation de clandestins rendait leurs parents inexpulsables. Elle devait être en vacances au moment de l’affaire Leonarda…

VENEZUELA

Maxi-inflation, grosses coupures

Après l’Inde, c’est au tour du Venezuela d’échanger ses billets de banque. Mais c’est l’inflation, et non la lutte contre la corruption, qui justifie ici le passage aux plus grosses coupures. Une hausse des prix qui pourrait avoir atteint 500 % en 2016, selon le Fonds monétaire international. Le président vénézuélien Nicolás Maduro avait annoncé pour mi-décembre ce changement de billets, qui a finalement commencé à se concrétiser le 16 janvier dernier. Un retard que, comme à son habitude, le successeur d’Hugo Chavez a attribué à un « sabotage international » qui associerait les Etats-Unis et l’opposition vénézuélienne, majoritaire au Parlement depuis les législatives de décembre 2015.

Emploi

Pas si facile de trouver un job sur Internet

88% des demandeurs d’emploi mobilisent Internet dans le cadre de leurs démarches, selon Pôle Emploi. Ils sont ainsi très nombreux à y déposer leur CV en ligne (85%), à y chercher des informations sur le marché du travail (66%) ou de l’aide pour rédiger une lettre de motivation, passer un entretien (62%).
 
 
Pour autant, les canaux de recherche « en ligne » ne se substituent pas aux canaux « hors ligne » plus traditionnels, indique pôle emploi. Si Internet constitue un outil d’accompagnement indispensable et une source d’information précieuse, le canal d’embauche prioritaire reste la sollicitation du réseau personnel (37%), loin devant les offres trouvées sur internet (12%) et les candidatures spontanées en ligne (2%). Au total, seuls 18% des demandeurs trouvent un emploi grâce à un outil numérique.

 

Paternité

Incitation à pouponner

Huit semaines de congés paternité, payés à 100 % du salaire. C’est ce que propose MasterCard à ses 12 000 salariés à travers le monde, composés pour moitié d’hommes. L’objectif du groupe américain est d’attirer de nouveaux profils sensibles à l’équilibre vie privée-vie professionnelle. Les onze jours de congé paternité auxquels les 65 collaborateurs de la filiale française ont déjà droit, grâce à la législation hexagonale, seront décomptés de ces huit semaines.

Naissances

L’infécondité progresse

14% des Européennes nées en 1968 n’ont pas d’enfant, selon l’INED. L’infécondité reste inférieure à son niveau de début de siècle (presque 25%) mais ne cesse d’augmenter depuis les années 1960, après avoir atteint son plus bas niveau (10%) après-guerre.
 
 
La progression actuelle s’explique à la fois par des mises en couple plus tardives et moins stables, la précarisation de l’emploi et la difficulté à concilier vie privée et familiale (répartition des tâches domestiques défavorables aux femmes, dispositifs de garde peu développés). Si l’infécondité semble s’être stabilisée à l’Ouest et au Nord, les auteurs prévoient sa progression dans les pays du Sud, et dans une moindre mesure de l’Est, où l’infécondité reste mal acceptée socialement. 

 

 

Consommation

Les Français dépensent de moins en moins pour leur physique

En 2015, les ménages ont consacré 7,3 % de leur budget à leur apparence physique (soit 3 000 euros par ménage), moitié moins qu’en 1960 selon l’Insee. En particulier, les Français ne dépensent plus que 41 % de leur budget pour les vêtements, contre 66 % en 1960. La part croissante des budgets consacrée aux dépenses pré-engagées (logement, crédits, abonnements), le déplacement de la demande vers des produits concurrents (beauté, high-tech) et la généralisation des pratiques de ventes entre particuliers ou e-commerce (15 % des ventes contre 2 % en 2006) contribuent à expliquer cette baisse de dépenses.

Transports

Aller au boulot à bicyclette

En 2015, 2% des actifs en emploi vont travailler à vélo selon l’Insee, toujours loin derrière la voiture (70,6%) et les transports en commun (14,8%). Ce mode de transport, privilégié pour les trajets de moins de 4 kilomètres, est utilisé davantage dans les zones urbaines, par les cadres ou diplômés de l’enseignement supérieur et les hommes ; les femmes utilisant davantage les transports en commun. La structure des actifs et les aménagements de voirie (pistes cyclables) entraînent des disparités régionales. Ainsi, à Strasbourg ou Bordeaux, plus de 10% des actifs se déplacent en vélo ! En Europe, Allemands, Danois et Hollandais sont champions en la matière, quand les Italiens préfèrent les deux-roues motorisés. Dans l’Hexagone, il reste à mesurer si la réduction d’impôts en vigueur depuis un an pour les entreprises qui mettent à disposition des vélos et l’indemnité kilométrique accordée aux salariés qui se rendent au boulot à bicyclette auront un impact sur ce mode de transport.

Créations

Moins de micro-entreprises

Les créations d’entreprises ont diminué en décembre 2016 (-3%), après un net rebond au mois de novembre 20169 (+4,5%). Le nombre de créations augmente malgré tout sur un an (+2%).
 
 
Cette hausse est portée à la fois par les créations de sociétés (+5%) et d’entreprises individuelles (+3%), majoritairement dans le secteur des transports (avec notamment l’essor des VTC, de livraison à domicile…) et du soutien aux entreprises. Seules les immatriculations de micro-entrepreneurs (qui ne peuvent dépasser un plafond de chiffre d’affaires) sont en baisse (-1%) et ne représentent plus que 40,2% de créations, contre 42,2% il y a un an. Les professionnels du secteur imputent cette tendance à la loi Pinel de 2014 qui a davantage encadré le statut d’auto-entrepreneur (aujourd’hui micro-entrepreneur), avec l’obligation de s’immatriculer et de faire un stage préalable à l’installation.
Chômage

L’Europe se porte mieux

En octobre 2016, le taux de chômage en zone euro s’établit à 9.8%, atteignant ainsi son plus bas niveau depuis juillet 2009, selon Eurostat. Ce taux atteint 8,3% pour l’UE 28, une première depuis février 2009. La France se situe légèrement en deçà de la moyenne de la zone euro (9,7% en octobre 2016, contre 10,3% en octobre 2015). Les taux de chômage les plus bas sont observés en République Tchèque (3,8%) et en Allemagne (4,1%) et les plus élevés en Grèce (23,4%) et en Espagne (19,2%). Le chômage des jeunes est également en baisse par rapport à octobre 2015.

En l’occurrence, les chiffres d’Eurostat – établis selon la norme internationale du BIT, également adoptée par l’INSEE qui publie ses chiffres trimestriellement - épousent la tendance baissière des chiffres du chômage diffusés mensuellement par le ministère du Travail et Pôle emploi. Mais ce n’est pas toujours le cas, car la collecte des chiffres du chômage relève de méthodologies différentes.